Tremblant Coupe Canada #1

1.jpg


22-23 mai 2010


Coupe Canada et Québec no. 1 à Tremblant

La saison de course 2010 a été lancé officiellement le week-end dernier à Mont Tremblant avec la présentation de la 1ère course de la saison pour la Coupe Québec et la Coupe Canada. Plus de 300 coureurs du Québec et d’ailleurs au Canada, surtout de la Colombie-Britannique, se sont donné rendez-vous pour un weekend de course haut en couleurs et je ne parle pas juste du kit de l’équipe Lama Cycles. La météo aussi était au rendez-vous avec du temps chaud et ensoleillé laissant derrière elle un parcours généralement sec et rapide.


Le parcours de Tremblant est l’un des plus long sur le circuit de la Coupe du Québec. Si l’on combine sa longueur avec le fait que la course arrive tôt en début de saison et sans oublier le long et sinueux chemin d’accès avec une côte à monter à pied, tout le monde est unanime; le parcours de Tremblant test d’abord la forme physique (pour ne pas dire l’entraînement durant l’hiver) et en second lieu les aptitudes techniques. Autrement dit, un rider capable de pédaler partout où il peut à plus de chance de l’emporter qu’un rider qui manœuvre mieux les sections techniques mais qui manque de jus pour pédaler dans les sections ouvertes.


Le parcours comporte tout de même 3 sections techniques principales qui à défaut d’être déterminante pour gagner du temps, peuvent sérieusement ralentir un coureur qui s’écarte de sa ligne. Le premier bois dès le début du parcours est plutôt étroit avec plusieurs roches proéminentes. Après quelques virages sur la piste de ski on traverse un second bois puis une 2e piste de ski avant d’arrivée à la fameuse « slick rock ». Les pneus s’y agrippent étonnamment bien même si cette dernière est parsemée de coulisses d’eau. La roche se termine par une rampe de lancement vers un champ de roches rondes et glissantes pouvant facilement déporter les coureurs vers le bord de la piste. Une longue section large, relativement droite et garni de 2 sauts sépare le bois de la « slick rock » du dernier bois. Le dernier bois est la maison de l’inévitable ruisseau, question de bien mouillé les pneus avant d’affronter le légendaire champ de patates. Il n’a l’air de rien quand on le regarde le champ de patates, une section plate de quelques mètres parsemé de roches rondes, des baby heads dans le jargon, rien de trop méchant, mais il a causé d’innombrables over the bars, sorties de piste et autres solides pertes de momentum. Il y a plusieurs façons d’entrer efficacement dans ce petit pinball, certaines plus impressionnantes que d’autres, mais on ne sait jamais exactement comment on va en sortir. Peu de coureurs, toutes catégories confondues, peuvent se vanter d’être passés à travers le champ de patates exactement comme ils l’avaient envisagé, en perdant un minimum de vitesse, et ce à tous les coups!


Une fois le champ de patates traversé, c’est le sprint final avec la dernière section technique comprenant une grosse slab de roche bien inclinée où il faut mieux ne pas trop freiner afin d’être propulser à toute vitesse dans la dernière traversé de piste de ski avec tout au bout un jump, pour le spectacle, et enfin la ligne d’arrivée.


IMG_1394.jpg


Le grand favori pour la descente était sans contredit Steve Smith (Evil Bikes/Red Bull) fort de sa 6e position obtenue à la première Coupe du monde de la saison à Maribor en Slovénie le weekend précédant. Son principal commanditaire, Red Bull, était également présent à Tremblant pour la présentation, le samedi en soirée, de la 2e édition du Red Bull Monte Descend.

Steve Smith01.jpg


Comme son nom l’indique cette compétition regroupe des équipes de 2 coureurs; un qui monte et un qui descend. Un parcours de cross country a été aménagé à la base de la montagne et un parcours de descente relativement court a été aménagé sur la montagne. Le parcours de descente comprenait de nombreuses structures en bois flambant neuves ainsi qu’un « wall ride » massif à la base de la montagne, commandité par Rock Shox. Les deux parcours se rejoignaient après des structures en bois en plein cœur de la place St-Bernard de Tremblant. Toute cette action s’est déroulée sur 90 minutes dans la noirceur créant un impact visuel fort impressionnant…la petite touche Red Bull. Le couple gagnant fut Steve Smith en DH et Raphaël Gagné en XC. La compétition s’est malheureusement terminée sous la pluie, ce qui pouvait laisser craindre le pire pour la finale de la coupe Canada/Québec du lendemain.

Heureusement l’averse fut de courte durée et mise à part un parcours un peu plus glissant pour les pratiques du matin, le parcours a séché rapidement et était en excellente condition pour la finale de l’après-midi.


Du côté des dames, chez les élites, Anne Laplante (Xprezo Borsao) s’est hissé sur la plus haute marche du podium avec un temps de 5 :10, à 8 secondes de sa plus proche rivale Rebecca McQueen de Whistler. Mais dans les faits sa plus proche rivale fut Lauren Rossen (Cycling BC) chez les Junior F avec un temps de 5 :11 ce qui l’aurait effectivement classé 2e chez les élites féminines.


Chez les Junior Expert masculin, nous avons assisté à une domination des coureurs de la Colombie-Britannique qui ont raflé 6 positions dans le top 10. La 1ère place est allée à Kyle Marshall (Evil Bikes/NEMA/Straitline/Kali), le champion canadien en titre chez les juniors, avec un temps de 4 :07, ce qui l’aurait placé 5e chez les élites. Le meilleur résultat pour un coureur québécois a été obtenu par Guillaume Labrie (Lama Cycles) avec une 5e position.


Pour le plat principal, les Senior élites, le parcours a semblé faire beaucoup de dommages aux vélos puisqu’un grand nombre de riders ont traversé la ligne avec une chaîne brisée ou autres raisons les empêchant de pédaler efficacement en fin de parcours. Ici aussi, la présence des coureurs de la Colombie-Britannique s’est fait sentir. Un des bons espoirs québécois, Jonathan Lefrançois (Intersport/Specialized) n’a malheureusement pas pu prendre part à la course en raison d’une mauvaise chute durant la pratique de samedi.


Relativement tôt dans la descente finale, Andy Thibodeau (Gravité Sports) a placé la barre de référence à 4 :08 ce qui lui a valu un long séjour sur l’immense chaise du meneur. Il a sûrement eu le temps de se faire un coup de soleil. Le français Frank Kirscher, nouvelle acquisition de Lama Cycles, est venu bien prêt de déloger Andy à quelques centièmes de seconde près. C’est finalement Matthew Beer (On the Edge FRMS) qui a délogé Andy avec un temps de 4 :03. Le ton était donné pour les derniers coureurs et on s’approchait de plus en plus de la barre des 4 minutes. Tyler Moreland, le Srambassador, est venu bien prêt de passer sous les 4 minutes avec un temps de 4 :01.


L’avant dernier coureur et dernier québécois en lice, Hans Lambert (Primary-Trek), n’a pas été en mesure de battre le temps de M. Moreland et a du ce contenter de la 6e place ce qui représente tout de même le meilleur résultat du côté des coureurs québécois. C’est donc sans grande surprise que Steve Smith (Evil Bikes/Red Bull) a franchi vainqueur la ligne d’arrivée mais pas avec la domination qu’on aurait pu s’attendre. Ce dernier a posté un temps de 4 :00 pile au grand désespoir du commentateur qui espérait vraiment fort le voir fracassé la marque des 4 minutes.


C’est donc ainsi que s’est terminé ce superbe weekend de course en espérant qu’il donnera le ton, côté météo, pour les autres courses de la saison. Prochain rendez-vous à l’Anse St-Jean le weekend du 12-13 juin pour les Coupes du Québec nos 2 et 3.

Étienne



Poster May. 31 10, 11:54

Forum: Nouveaux sujets